indignation

Préface de l’œuvre ‘’Indignation’’ de David E. ACCOH

Le lecteur comprendra en lisant entre les lignes des différents vers que l’auteur n’a certainement pas pour vocation de nous pousser à une ‘’indignation’’ stérile mais vise plutôt à réveiller en nous des réalités bien connues qui, trop souvent, couvent sous le voile de l’inconscient.

Le monde, de nos jours est soumis à la loi de divers fléaux qui appellent tout homme conscient à la réflexion.

Pas un seul jour ne passe en effet sans que les leçons tirées de nos diverses expériences nous interpellent. Sur les médias, c’est une quasi-répétition, tant les guerres, l’injustice, l’égoïsme des uns et l’hypocrisie des autres sont pour l’humanité une plaie face à laquelle David ACCOH s’indigne.

Pour sa première parution dans le monde de la littérature, l’auteur en effet n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer les aberrations de ce monde dont il retrouve, pour une bonne partie, les sources sur son continent l’Afrique et notamment dans son pays le Togo.

Dans le même temps, il se tourne vers l’occident où la ‘’Crise’’ ne cesse de faire des vagues et, comme pour crier son ras-le-bol face à certaines expériences sans doute vécues, laisse aller son cœur qui s’insurge l’attitude des Hommes tout en attirant le regard de Dieu sur les faux prophètes qui, comme des criquets voyageurs envahissent de plus en plus nos territoires.

A travers des ‘’Conseils’’ bien avisés, il nous amène à prendre conscience de ‘’L’illusion’’ qui nous fait croire en une meilleure destinée dans ces contrées au-delà des océans pour ainsi nous rappeler que seul le travail nous libère et ce, quel que soit l’endroit où l’on se trouve.

Soucieux du sort de son pays, le TOGO auquel il reste fermement attaché, il a du mal à comprendre les vicissitudes de l’histoire auxquelles il a du faire face au point de s’adresser directement à lui à travers une série de question :

Est-ce ta beauté qui t’attire des ennuis?

Est-ce ta richesse qui cause ta perte?

As-tu demandé à vivre cette histoire?

Du constat de ces faits de l’histoire, il sort pour s’adresser directement à ces frères et sœurs togolais, convaincu que le devenir de ce pays qu’il aime tant reste lié au comportement de chacun. Aussi reprend-il à son compte les propos de Martin Luther King qui invitent à apprendre à vivre ensemble comme des frères au risque de mourir tous ensemble comme des idiots. A travers ces idées, il dénonce l’atmosphère de haine et l’esprit de division qui malheureusement s’emparent de certains de ses frères un peu partout sur le continent.

‘’Ô haine, Ô division’’ va s’écrier David ACCOH dans ses lamentations ; des maux qui font que partout, ‘’La terre s’affole’’ face à tant de ‘’Massacre’’, de ‘’Violence’’ et de désir de ‘’vengeance’’ tantôt justifiés par un prétendu attachement à la religion, tantôt, par la quête de l’argent ou encore par un semblant de liberté.

David ACCOH ne dresse pas qu’un tableau sombre de notre planète. Optimiste dans l’âme, il nous confie que quel que soit la longueur des journées de peines et de désolation, la nuit viendra et ‘’le rêve renaitra’’ pour faire brûler en chacun de nous ‘’Le feu de justice’’ afin que nous puissions voir, ‘’Au levé du jour’’,

L’espoir renaître de ses cendres

Malgré les coups de la violence,

Malgré la blessure de la peur,

Malgré la douleur de l’intimidation.

Le lecteur comprendra en lisant entre les lignes des différents vers que l’auteur n’a certainement pas pour vocation de nous pousser à une ‘’indignation’’ stérile mais vise plutôt à réveiller en nous des réalités bien connues qui, trop souvent, couvent sous le voile de l’inconscient.

Comments (0)

Comments are closed.