Épisode 5

Comment avais-je pu être aussi bête? D’ailleurs je me demande s’il s’agissait de simples bêtises. Cette course effrénée que je livrais contre l’argent, contre tout bien matériel qui pouvait me tomber sous la main. J’avais déjà risqué de me faire prendre après le décès de mon premier mari. Sans Jonas, j’aurais certainement galéré pendant un temps vu que l’héritage qui m’avait été laissé se comptait en passif. J’aurais juste pu, en ce moment là tirer des leçons et me satisfaire de tout ce que la providence m’offrait à travers Jonas. Mais non. J’étais insatiable. J’en voulais toujours plus et comme Jonas me donnait un entier accès à ses comptes personnels en banque, j’avais l’assurance avant mon départ pour Singapour qu’ils étaient suffisamment garnis. Le plan était alors simple. Jonas mourrait, Axel et moi héritions de ses biens, je poursuivais mon idylle avec mon prince charmant et quelque temps après, il m’aurait épousé. Je jouirais ainsi de la richesse de mon défunt mari tout en vivant dans la grâce financière que devait me procurer mes nouvelles noces.

Comment aurais-je pu savoir que les choses tourneraient mal ? Aujourd’hui du moins, je suis heureuse de n’avoir pas réussi mon coup à l’époque. La vie m’a fait voir bien de choses et si je pouvais revenir sur les traces du passé, je serais à coup sûr la plus aimée de toutes les belles filles de la famille de Djallo. Réjean Ducharme avait donc raison. Lorsque durant mon exil je lisais son œuvre l’avalée des avalées je n’avais pas vraiment prêté attention au sens de ses propos. C’est la raison pour laquelle, du fond de ma cellule, je me démerdai pour l’avoir à nouveau. «On regrette toujours pour rien, étant donné qu’on ne peut regretter qu’après.» Cette phrase je l’ai lue et relue plusieurs fois au point qu’elle est à présent gravée dans ma tête.

A vrai dire, j’ai toujours passé mon temps à juger les hommes et à établir entre eux une certaine classification. J’avais toujours pensé qu’un homme, un vrai ne pouvait se distinguer que par ce qu’il avait à offrir, en particulier son compte en banque. Il m’a fallu bien du temps pour comprendre que le bon parti était plutôt celui-là qui savait comprendre l’autre, qui était un soutien dans toute épreuve, qui prouvait chaque jour à travers son attitude qu’il avait, le respect pour la femme avec qui il choisit de vivre.

A quoi servirait en effet d’avoir un homme qui te couvre de diamant mais qui à chaque occasion te rappellerait que sans lui tu ne serais rien ? L’amour est-il censé imposer le dictat d’un membre du couple sur l’autre? Avec Jonas, j’avais tout : l’amour, le respect et la fortune dont j’avais besoin pour vivre à mon aise. Il a seulement fallu que j’en veuille un peu trop. Et là, c’est bien souvent l’erreur que commettent beaucoup de personnes qui, comme moi mettent en priorité le bien matériel avant les sentiments du cœur.

Dans bien de cas, l’on voit de nombreux couples fondés sur cette base succomber à l’épreuve des difficultés pour peu qu’intervienne pour le conjoint fortuné, un léger changement affectant sa situation. Il n’existe pas de condition sociale rigide et dans nos sociétés, les choses, très rapidement changent. Il nous appartient de toujours garder à l’esprit que pour chacun de nous, la roue tourne mais elle ne le fait pas forcement dans la même direction. L’homme ou la femme fortunée d’aujourd’hui peut se retrouver demain réduit à quémander son pain auprès de celui qui entre temps le servait. Et, si le riche n’espère pas s’appauvrir il demeure vrai que le pauvre ne saurait se plaire dans sa misérable condition. J’ai beaucoup appris de mes expériences et je pus dire qu’on ne construit pas un couple sur le seul fondement de la capacité financière de ceux qui le forment.

Bien que nous ayons toujours été rivales, je reste à présent admirative de Rasilda. Devant elle, je ne fais pas le poids car elle représente la femme vertueuse dans toute son essence. Elle méritait Jonas. A l’époque, je n’aurais laissé personne me tenir ces propos mais, je m’en rends compte, avec le temps. Je n’ai été qu’un trouble-fête dans la vie de ces deux créatures de Dieu.

Comments (0)

Comments are closed.

error: Content is protected !!