Episode 2

Vu mon état à notre arrivée à l’hôpital, aggravé par la vive altercation que j’eus avec la mère de Jonas, les médecins préférèrent me garder en observation jusqu’au lever du jour.

Lorsque, le lendemain, vers sept heures, j’arrivai à la maison, le gardien n’était pas à son poste. La porte principale n’était pas fermée. Dans la précipitation, la veille, je n’avais certainement pas pris le soin de fermer la porte derrière moi. Je m’inquiétai tout de même à l’idée que des brigands aient pu profiter de la situation pour cambrioler la maison. Je jetai juste un coup d’œil rapide au salon. Tout semblait dans l’ordre. Je n’avais ni la force, ni la tête à m’attarder sur la disparition ou non des biens que Jonas avait dans la maison. A quoi cela servirait d’ailleurs? Il n’était plus là et désormais rien n’avait de sens. J’avais surtout besoin de me reposer, de dormir pour enfin me réveiller et sortir du cauchemar que je vivais. Je me dirigeai vers la chambre. J’aperçus alors Jeannine, assise à côté du lit, un agenda serré contre la poitrine. Ses yeux étaient rouges. On aurait dit les eaux du Nil du temps de Moïse. Elle avait pleuré toute la nuit. Elle leva la tête et pour toute parole à mon endroit, s’exclama  « Jonas… Jonas » avant de fondre à nouveau en larmes. 

– Jeannine, fis-je, le cœur serré. Tu es restée ici toute la nuit? Tu n’as pas non plus décroché mes appels.

Elle leva la tête à nouveau mais ne dit mot.

Au dessus de sa tête, le coffre de Jonas était ouvert. Jeannine connaissait donc le code. Jonas l’avait fait changer avant nos retrouvailles et il s’était gardé de partager la nouvelle combinaison avec moi. Je me rendais compte que Jonas, quand bien même il avait accepté de tourner la page, ne m’avait pas acceptée avec toute la confiance qu’il me vouait au début de notre relation.  Je déduisis que de ce coffre, Jeannine avait tiré l’agenda qu’elle tenait. Il m’était d’ailleurs familier car je voyais souvent Jonas gribouiller des textes dedans. Je n’avais aucune connaissance du contenu. Je m’approchai, la pris dans mes bras et éclatai à mon tour en sanglots. Je tentai à un moment de lui prendre l’agenda mais elle s’y opposa fermement. Je me demande toujours ce que Jonas a bien pu laisser comme message à sa sœur. Pendant que nous étions là à pleurer Jonas, mes pensées s’envolèrent vers ma belle-mère ou mieux mon ex belle-mère. Je ne me faisais toujours pas à l’idée de n’être plus mariée à Jonas. J’étais plutôt étonnée que cette dernière ne soit pas dans la maison de son fils. Elle n’était plus à l’hôpital quand je partais. Moi qui croyais qu’en arrivant, j’aurai trouvé mes effets dehors. Jonas n’était plus là pour me défendre et elle ne s’en priverait certainement pas. Mais où pouvait-elle bien être? J’étais dans l’expectative. Je ne savais juste pas que ce qui m’attendait était bien pire que tout ce que j’aurai pu imaginer.

Comments (0)

Comments are closed.

error: Content is protected !!