Biographie

Je viens des hautes montagnes du Togo, là, où l’histoire raconte que des hommes sont miraculeusement descendus du ciel et où on peu encore trouver des traces laissées par la plante de leurs pieds dans de la roche.

Oui je suis de Kouméa, localité située dans la préfecture de la Kozah, chef lieu de la région de la Kara au nord du Togo.

Je suis du nord du Togo et j’ai des liens très forts avec le sud dont la ville – Aného d’où est originaire ma mère – m’a vu naître un jour du 21 septembre 1982.

Aussi, lorsqu’on me demande à quelle région je m’identifie le plus – celle dont je suis originaire ou celle qui m’a vu naître et faire mes premier pas – je réponds juste que je suis togolais. Je suis togolais qu’importe la région car pour moi, mon pays est un tout, unique et indivisible.

Mon cursus scolaire, je l’ai fait exclusivement dans ce pays que j’aime tant. Entre Lomé, la capitale et Sotouboua dans la région centrale.

Amoureux des lettres, j’ai opté pour la série littéraire (A4) au lycée puis, une fois mon baccalauréat obtenu en 2001, j’ai choisi de me tourner vers les études juridiques.

Titulaire d’une maîtrise en droit public depuis 2005 à l’Université de Lomé, j’ai longtemps hésité entre ma passion de la recherche (poursuivre le troisième cycle) et la diplomatie.

Mon désir de diversification l’emportera et me voilà emporté par la barque de l’Ecole Nationale d’Administration du Togo pour un cycle supérieur de deux ans qui m’ouvrira les portes du Ministère des Affaires Etrangères en février 2008.

Depuis, je suis en plein dans la diplomatie un terrain sur lequel je ne cesse de m’épanouir.

J’ai ainsi l’honneur d’ouvrir et de diriger depuis octobre 2010, l’Ambassade du Togo au Japon ; une opportunité qui m’est offerte d’œuvrer à une relation plus affirmée et plus visible en terme de coopération entre les deux pays.

Dans le même temps, je fais tout ce qu’il faut pour entretenir l’une de mes plus vielles passions née de mes années de collège : l’écriture.

Oui, le juriste et diplomate que je suis adore écrire. Je me définis surtout comme un poète infidèle en ce sens que par moment, je glisse hors de mon terrain de prédilection qu’est la poésie pour m’essayer à d’autres genres littéraires.

Mes sources d’inspiration, je les puise surtout dans les réalités quotidiennes de mon continent l’Afrique et de mon pays le Togo. Dans la préface de Salves d’Afrique, l’un de mes recueils de poème, Me Joseph Kokou KOFFIGOH (Ancien Premier Ministre, Ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Togo et Ecrivain Poète) disait : «Steve BODJONA fait partie de la nouvelle génération de poètes africains partagée entre la désillusion d’un continent encore à la traîne malgré son jubilé d’or, et l’espérance qu’un soleil nouveau et plus prometteur viendra remplacer le « soleil des indépendances ».»

Je vous laisse confirmer ou infirmer ses propos selon l’opinion que vous vous ferez à la lecture de mes ouvrages.

Oups! J’oubliais. A l’université, j’étais épris d’une association: l’AIEJ-TOGO (Association Internationale des Etudiants jusristes) à laquelle je me suis dévoué et je reste toujours attachée à elle. J’y ai appris beaucoup.

Vous ai-je parlé de ma passion pour le japonais? Et bien mon attachement pour cette langue m’a poussé à écrire des textes en japonais donnant ainsi forme à deux recueils de poche.

Pour finir (il faut croire que je ne firai jamais) je vous laisse lire ici (Biographie par Godwin AMENYINU) ce que pense  de moi, mon ami GodwinAvocat au barreau du Togo.